fond

Péages : des tarifs préférentiels pour les usagers réguliers



Contexte de mobilisation

C'est la hausse à venir des prix aux péages qui avait amené la ministre des Transports Elisabeth Borne a demandé "un effort" aux sociétés autoroutières. Le gouvernement réclamait un geste de la part des sociétés d'autoroutes, dans le contexte de la mobilisation des Gilets jaunes. Il a finalement annoncé une baisse des abonnements pour les usagers réguliers. Alors qu'elles s'apprêtaient à augmenter leurs péages de 1,8 % en moyenne, le 1er février 2019, les sociétés concessionnaires ont probablement jugé qu'il valait mieux calmer le jeu en acceptant le principe de baisses de tarifs qu'elles ne voulaient pas généraliser. Elisabeth Borne a également exclu un gel des péages qu'il faudrait rattraper ultérieurement, comme l'avait décidé la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal en 2015. Le rattrapage du gel de 2015 compte encore pour 0,25 point de pourcentage dans l'augmentation des tarifs prévue cette année. Elle a par ailleurs à nouveau exclu toute renationalisation des sociétés autoroutières.

Comment bénéficier de la réduction ?

Effective depuis le 1er février 2019, seuls les conducteurs de 2-roues et de voitures particulières effectuant au moins 10 allers/retours par mois, obligatoirement sur un même trajet, pourront en profiter. Des abonnements pourront être souscrits par les personnes éligibles. Ils ne pourront pas dépasser 2,50 €/mois. Les sites internet des sociétés d’autoroutes mettront progressivement en ligne les détails concernant les offres. Si vous bénéficiez déjà d’abonnements locaux pour les trajets domicile-travail périurbains, vous pourrez les conserver.

Des économies non négligeables

Le ministère des Transports a présenté 3 exemples concrets de trajets pour lesquels les automobilistes réaliseront des économies significatives grâce aux nouvelles formules de péages

Un usager effectuant 10 allers/retours par mois entre Verdun et Metz (autoroute A4) a dû payer 102 euros /mois de péages en 2018: En 2019, il devra s'acquitter de 72,80 euros, soit une économie de 29,20 euros/mois par rapport à 2018. S’il effectue 20 allers/retours par mois, cela représentera une économie de 58,40 euros.

Un automobiliste effectuant 10 allers/retours par mois entre Pont-d’Ain et Beynost (autoroute A42) a dû payer 84 euros/mois de péages en 2018. En 2019, il n’aura plus à régler que 60,20 euros, soit une économie de 23,80 euros/mois par rapport à 2018. S’il effectue 20 allers/retours par mois, la réduction atteindra 47,60 euros.

Un usager effectuant 10 allers/retours par mois entre Nîmes et Montpellier (autoroute A9) a dû payer 60 euros/mois de péages en 2018. En 2019, il n’aura plus à s'acquitter que de 43,40 euros, soit une économie de 16,60 euros/mois par rapport à 2018. S’il effectue 20 allers/retours par mois, la réduction atteindra 33,20 euros.

En effet  la ministre avait demandé aux sociétés concessionnaires d’autoroute de prendre en compte la forte attente exprimée en faveur du pouvoir d’achat des Français, et en particulier des usagers ayant recours au réseau autoroutier pour leurs déplacements domicile-travail, et qu’elles lui fassent des propositions en ce sens.